Auguste Pointelin

Peintre paysagistepointelin
Né le 23 juin 1839 à Arbois (Jura) de parents cafetiers et vignerons, il fit ses études secondaires au collège d’Arbois. Il choisit dans les études les mathématiques. Bachelier en 1858, il devient enseignant en sciences.
Il occupait ses loisirs à peindre. Dès 1866, il envoyait des œuvres au Salon. Dans le domaine de l’art il fut conseillé par Victor Maire, le peintre de Dole, qu’il considéra toujours comme son vrai maître. En 1876 il exposa un tableau d’une grande taille intitulée « Sur un plateau du Jura, automne », actuellement au musée de Dole.
Jules Grévy, président de la République, son ami, l’aida en lui faisant acheter officiellement des œuvres, qu’il offrait en cadeau aux personnalités en déplacement officiel à l’Elysée.
Auguste Pointelin eut bientôt une réputation internationale. Il participa en effet à de nombreuses expositions à l’étranger, Anvers, Londres, Stockholm, les États-Unis. Très attaché à sa terre, il su surtout traduire le charme mélancolique des solitudes des paysages jurassiens. Son spiritualisme avoué explique que ses paysages incitent à la méditation.
On peut déterminer trois périodes dans son œuvre :
– Période d’apprentissage (1858-1878)
– Période parisienne (1879-1896)
– Période de maturité (1897-1933) où il se retire à Mont-sous-Vaudrey et poursuit sa quête : représenter son Jura natal, non dans ses changements transitoires, mais dans ce qu’il a de permanent et d’universel.
Différentes techniques sont utilisées par Pointelin : l’huile sur toile ou sur bois, le pastel, l’aquarelle et le fusain.
Son parcours témoigne d’une œuvre réaliste dans le goût de l’école de Barbizon à une œuvre austère, épurée, quasi abstraite où il a recours alors à une toile très grossière qu’il prépare lui-même et, une peinture épaisse, granuleuse, à la touche vigoureuse.
Comme l’écrivait Victor Hugo à Baudelaire : « Pointelin a doté le ciel de l’art d’on ne sait quel rayon. Il a créé un frisson nouveau« 
Vers 1900, il se retira à Mont-sous-Vaudrey, où dès lors il y installe son atelier, menant une vie modeste. Il fut élu le 30 janvier 1908 à l’Académie de Besançon.
Il était commandeur de la Légion d’Honneur.
« Je peins pour mon plaisir, je cherche à faire ce que j’aime et ne m’occupe ni du public ni de la mode ». C’est le secret de sa réussite.
Il décède le 9 avril 1933 à Mont-sous-Vaudrey.

 

Sur un Plateau du Jura, l'automne
Auguste Pointelin, Sur un Plateau du Jura, l’automne, huile sur toile, Dole, Musée des Beaux-Arts